Aller au contenu principal
Click to open menu
Click to close menu
Begin main content
soybeans

Soya IP 101

SOYA IP 101 : UNE ATTENTION SUPPLÉMENTAIRE PEUT S’AVÉRER PAYANTE GRÂCE AUX PRIMES OBTENUES DES ACHETEURS DE SOYA DE QUALITÉ ALIMENTAIRE.

 

Les primes pour soya à identité préservée (IP) en font une culture attrayante pour de nombreux producteurs. Toutefois, cette rentabilité supplémentaire entraîne d’autres considérations en matière de production. Pour obtenir de bons rendements et une bonne qualité, il faut adopter des approches différentes pour lutter contre les parasites, les agents pathogènes et les mauvaises herbes. Il faut faire preuve d’une patience accrue.

Responsable de la vente au détail pour Hensall Co-op, détaillant et distributeur indépendant de semences basé dans le sud-ouest de l’Ontario, Jim Barclay mentionne : « Certaines personnes veulent cultiver des semences non-OGM pour fracturer leur désherbage si elles cultivent beaucoup de maïs tolérant au glyphosate. Cependant, ce qui compte avant tout, c’est la valeur ajoutée. »

« Nous recommandons fortement l’utilisation d’un herbicide incorporé en présemis (IPS) ou un de prélevée afin de nettoyer les échappées de mauvaises herbes. Les producteurs profiteront des excellents dividendes associés aux champs propres destinés à une culture de qualité alimentaire » – Jim Barclay, Hensall Co-op

 

Cette valeur supplémentaire varie de 3 à 6 dollars par boisseau par rapport au soya conventionnel. Bien que Jim Barclay estime que 3,50 $ est plus proche de la moyenne, il affirme que de bons rendements — souvent comparables à ceux des variétés conventionnelles — peuvent rendre les variétés IP très rentables. Mais, selon lui, choisir la bonne variété nécessite de regarder au-delà du potentiel de rendement seul. Écoutons-le : « Certaines variétés IP ont un rendement comparable à celui des meilleurs variétés Roundup Ready, d’autres non. »

Soybeans
LA STRATÉGIE DE DÉSHERBAGE RECOMMANDÉE POUR LE SOYA IP CONSISTE À COMMENCER PAR UNE APPLICATION D’HERBICIDE INCORPORÉ EN PRÉSEMIS OU EN PRÉLEVÉE.

Cependant, les variétés que les agriculteurs veulent cultiver ne sont pas forcément celles que les utilisateurs finaux veulent accepter. Ce n’est pas toujours le cas, dit Barclay. « Vous pouvez avoir une variété de qualité alimentaire à 60 boisseaux. Toutefois, si la protéine n’est que de 38 %, il est peu probable que des utilisateurs finaux en veulent. » Les considérations agronomiques ajoutent une autre couche de complexité. Par exemple, la variété sélectionnée doit s’adapter aux conditions uniques du champ. Il faut s’interroger à savoir si le nématode à kyste du soya présente un problème important.

Attention à l’humidité

Quelle que soit la variété choisie, l’absence de caractères résistants au glyphosate signifie que les producteurs doivent compter sur d’autres herbicides conventionnels appliqués stratégiquement.

Pour Barclay, la meilleure stratégie globale de lutte contre les mauvaises herbes consiste à commencer avec un champ propre et à le garder propre. D’abord effectuer l’application d’un herbicide incorporé en présemis (IPS) ou en prélevée pour supprimer les mauvaises herbes en germination.

« Nous recommandons fortement une application en présemis avec un IPS ou une en prélevée. Nous recommandons d’effectuer un dépistage des échappées dans tous les champs 21 jours après le semis. Puis de planifier les applications de postlevée selon le spectre des mauvaises herbes présentes, » dit-il. Il poursuit : « Il importe également de poser les bases l’année précédente. L’élimination des échappées de mauvaises herbes dans la culture l’année avant la culture du soya alimentaire profitera grandement aux producteurs. »

La qualité à la récolte peut également être plus difficile à maintenir. Les taches dues aux mauvaises herbes et à la saleté, indésirables pour toute culture de soya, sont particulièrement néfastes pour le soya IP. En effet, Barclay affirme que les taches et les traces de boue sont la raison la plus courante du rejet d’une charge.

Étant donné qu’une humidité plus élevée accentue ces problèmes, Jim Barclay propose aux producteurs d’être plus attentifs au moment et au temps passé aux champs. Souvent, cela signifie d’arrêter la moissonneuse-batteuse lorsque la rosée commence à s’installer.

« Vous voulez récolter ce soya dans les meilleures conditions possibles. Cependant, si vous vous y prenez trop tôt, vous risquez d’abîmer vos fèves, » explique-t-il. « En général, les agriculteurs s’arrêteront pour maintenir la qualité. »

Par contre, comme c’est le cas en production de variétés conventionnelles, trop peu d’humidité peut également poser problème.

Jim Barclay conclut : « Nous avons eu quelques périodes où nous sommes passés sous la barre des 10 % d’humidité. Certains attendront la pluie. Je pense que grâce aux nouveaux équipements, les agriculteurs savent très bien s’adapter sur le terrain. »

Répondre aux exigences du marché

La coopérative Hensall garde un personnel engagé à aider les producteurs sous contrat à s’y retrouver dans les complexités supplémentaires inhérentes à la production du soya IP. Chaque année, les directives de production distribuées avec le contrat de production détaillent les produits phytosanitaires que les producteurs peuvent utiliser en toute sécurité. Cela s’impose puisque les niveaux de résidus autorisés, ainsi que les produits dont la production est autorisée, varient selon les pays.

« Dans un monde parfait, tous les pays auraient les mêmes critères, mais ce n’est pas comme ça que la politique fonctionne, » de dire Jim Barclay. « Nous devons travailler avec cela afin de nous assurer qu’ils sont approuvés avant de les recommander sur notre liste de produits approuvés. »

Les fèves de soya de qualité alimentaire sont expédiées dans le monde entier pour différents produits comme le tofu, le lait de soya et le miso. Selon M. Barclay, la diversité des acheteurs, des destinations et des utilisations finales a également contribué à protéger le marché du soya de qualité alimentaire contre certaines des fluctuations extrêmes observées chez d’autres produits de base.

PREMIÈRE PUBLICATION DANS COUNTRY GUIDE MAGAZINE, 5 JANVIER 2021

 

VOUS TROUVEREZ D'AUTRES INFORMATIONS UTILES SUR LE SITE SERIOUSLY SOYBEANS

 

Inscrivez-vous

Commencez à recevoir des informations agronomiques localisées et en temps utile de la part de FMC.

S'INSCRIRE