Aller au contenu principal
Click to open menu
Click to close menu
Begin main content
soybean field

Éliminer la concurrence précoce des mauvaises herbes dans le soya

Comme pour le maïs et d’autres cultures, il est très important de lutter tôt contre les mauvaises herbes. Le faire pendant la période critique sans mauvaises herbes dans le soya permet de maximiser les rendements et la performance des cultures. Bien que le soya soit très adaptable, les recherches montrent qu’il est très sensible à la présence des mauvaises herbes en début de saison. Le soya a besoin de toute l’aide possible jusqu’à ce que les plants soient suffisamment grands pour éliminer la concurrence.

Clarence Swanton, malherbologiste à l’Université de Guelph, a récemment terminé une étude traitant de l’impact de la concurrence des mauvaises herbes sur les cultures, intitulée : A study on the impact of weed competition on the crop. Selon Swanton, comme l’indique l’édition d’octobre 2017 de Top Crop Manager East, les plantes détectent les plantes voisines. Elles le font en analysant constamment le spectre de la lumière réfléchie par les surfaces environnantes. Une plante subit un stress physiologique lorsqu’elle est entourée d’autres plantes. L’impact des mauvaises herbes sur la culture va au-delà de la simple concurrence pour les ressources (eau, nutriments, lumière). Il inclut aussi la capacité de la plante à détecter la concurrence. Si les mauvaises herbes apparaissent avant ou peu après la culture, le plant de soya ressent la pression des mauvaises herbes. Il modifie son mode de croissance en s’enracinant moins profondément ou en réduisant sa taille et ses rendements.

weedy soybean field
UN CHAMP DE SOYA ENVAHI PAR LES MAUVAISES HERBES PRÈS DE DENFIELD, ON. LE CONTRÔLE HÂTIF DES MAUVAISES HERBES EST IMPORTANT POUR MAXIMISER LES RENDEMENTS DU SOYA.

« Bien que le soya soit très plastique et flexible, il poussera différemment s’il sent la présence de mauvaises herbes », d’expliquer Allison Hayward (PH. D., A. AG), représentante pour FMC. Elle ajoute : « D’après la physiologie de base du soya, la plante a besoin de ne pas avoir de concurrence jusqu’à ce qu’elle soit bien établie. Elle peut alors se développer selon son potentiel génétique, rendements compris. »

Mme. Hayward ajoute que les producteurs de soya entendent souvent le message de l’industrie « commencez avec un champ propre et gardez-le propre ». Allison Hayward précise : « En Ontario, les pratiques de travail du sol ou les herbicides non résiduels comme le glyphosate peuvent aider la culture à démarrer proprement, mais elle ne le restera pas. Le soya ne se défend pas bien contre la concurrence des mauvaises herbes. Même la plus petite concurrence au moment de la germination affectera la croissance du soya. C’est là qu’entre en jeu un produit résiduel en présemis ou en prélevée afin de présenter une barrière herbicide de plus longue durée. »

L’élimination hâtive des mauvaises herbes peut survenir à la suite de l’application d’un herbicide de prélevée à effet résiduel prolongé. Elle peut aider le soya à bien s’établir, sans concurrence.

Hayward conseille d’appliquer un produit préventif activé par l’humidité. Il forme une barrière à la surface du sol ou juste en dessous. Des produits comme ceux de la famille d’herbicides Authority de FMC constituent une barrière protectrice. Ils suppriment les mauvaises herbes avant leur levée et avant qu’elles modifient le schéma de croissance du soya. Grâce à leurs modes d’action uniques, ils peuvent être mélangés en cuve avec d’autres produits à activité résiduelle ou pour brûlage. Ils permettent de supprimer le spectre de mauvaises herbes que les producteurs ont dans leurs champs. Cela inclut celles résistantes aux groupes 9 (glyphosate), 5 et 2.

Avec certaines applications en prélevée, une fois que le produit est activé par la pluie et qu’il n’est pas perturbé par d’autres opérations dans le champ, il atténuera la pression exercée par la première poussée des adventices. Il contribuera à rendre plus efficaces les applications de désherbage en postlevée.

Dans le soya, pour la suppression des adventices à feuilles larges, Hayward soutient que l’application d’un herbicide en présemis ou prélevée comme Authority 480 (groupe 14), avec ou sans glyphosate, aidera à faciliter des applications de glyphosate plus opportunes dans le soya tolérant au glyphosate.

Pour les mauvaises herbes (graminées et feuilles larges) dans le soya à identité préservée (IP) et tolérant aux herbicides, Hayward recommande de choisir un herbicide de présemis ou prélevée à deux modes d’action, comme Authority Supreme (groupes 14 et 15). Cela permet aux producteurs de superposer les herbicides, de faire la rotation des groupes et de gérer la résistance des mauvaises herbes lorsqu’ils passent de leur programme de brûlage à celui des herbicides en culture.

Directrice de produits chez FMC, Frances Boddy ajoute qu’il importe de garder à l’esprit le type de sol, le système de soya, le spectre et/ou la pression des mauvaises herbes lors du choix du bon produit et de la dose appropriée. En début de saison, un « traitement de préparation » comme Authority Supreme sur le soya tolérant aux herbicides permettra de supprimer les graminées et les feuilles larges résistantes ou difficiles à maîtriser. Cela permettra à l’application de glyphosate sur la culture d’être plus efficient. À l’inverse, un taux plus élevé ou « résiduel » peut être utilisé pour les systèmes tolérants aux herbicides et les systèmes IP, « où une activité résiduelle plus longue est nécessaire contre les mauvaises herbes difficiles à supprimer comme l’amarante tuberculée et le chénopode » de dire Frances Boddy. Elle renchérit : « Les producteurs ont de plus en plus tendance à utiliser des produits à activité résiduelle avant le soya tolérant aux herbicides, car ils reconnaissent de plus en plus qu’il faut supprimer les mauvaises herbes tôt et prolonger cette suppression afin de protéger le rendement. Certains producteurs ont indiqué qu’ils sentaient moins de pression pour effectuer de multiples applications en culture en raison de l’activité résiduelle prolongée d’une application hâtive. »

Frances Boddy rappelle aux producteurs que la gestion de la résistance constitue un facteur important que tous doivent prendre en compte. « L’utilisation de modes d’action diversifiés dans votre application en prélevée, avec le même niveau élevé de suppression des mauvaises herbes qu’un herbicide en culture est une solide approche permettant de retarder l’apparition de la résistance et de supprimer les mauvaises herbes déjà résistantes. »

Concernant l’importance de la diversité dans un programme d’herbicides à long terme, Allison Hayward note : « Les producteurs reconnaissent les avantages de l’utilisation des différents outils des mélanges en cuve et ceux des multiples modes d’action. Les produits Authority font partie d’un ensemble restreint de produits à activité résiduelle offrant cette diversité dans un programme herbicide à différents modes d’action. Ils sont également un partenaire important dans l’élimination de la concurrence des adventices en début de saison. Ils permettent de partir du bon pied (champ propre pendant la période critique sans mauvaise herbe) une priorité pour les producteurs de soya. »

Cet article a été publié à l’origine dans l’édition de mars 2019 de Top Crop Manager East.

 

VOUS TROUVEREZ D'AUTRES INFORMATIONS UTILES SUR LE SITE SERIOUSLY SOYBEANS

 

Inscrivez-vous

Commencez à recevoir des informations agronomiques localisées et en temps utile de la part de FMC.

S'INSCRIRE